www.hazratmahdi.fr
accueil
 
 

 

Le Prophète Jésus, le Prophète d'Allah décrit dans l'Evangile

Le Christianisme est composé de différentes dénominations qui, avec le temps, se sont divisées en plusieurs branches. Chacune de ces branches interprète l’Evangile à sa manière et développe ses propres pratiques. Cependant, la grande majorité d’entre elles considère la trinité comme l’essence même de leur croyance.

Quelques-uns de ces groupes ont rejeté cette croyance et, en conséquence, ont été combattus et persécutés, car ils étaient considérés comme des hérétiques par les partisans de la trinité qui détenaient toujours la majorité. De plus, ces mêmes partisans ont peu à peu converti le monde chrétien, de force ou autrement, à cette croyance. En dehors de certains groupes majoritaires, nous verrons un peu plus loin que la croyance en la trinité a été de manière générale acceptée, ou imposée, au monde chrétien.

La croyance en la trinité est en totale contradiction avec le Coran. Les déclarations dans l’Evangile montrent explicitement qu’à aucun moment, le Prophète Jésus (as) n’a revendiqué de telles choses, ou a laissé entendre qu’il faisait partie d’un Dieu trinitaire. Le Prophète Jésus (as) a toujours loué et glorifié le Seigneur. De nos jours, le domaine sur lequel les opposants de la croyance en la trinité se concentrent le plus, est la nature entièrement humaine du Prophète Jésus (as).

La vie du Prophète Jésus (as) réfute la trinité

Pendant des siècles, les renseignements contenus dans l’Evangile concernant la vie, le message, et les sages conseils du Prophète Jésus (as), ont été ignorés, parce que la croyance en la trinité a embrouillé les gens à tel point qu’ils lui ont attribué le statut de divin et qu’ils espèrent qu’il viendra les sauver.

Selon le Coran, le Prophète Jésus (as) est un messager envoyé par Allah pour avertir les gens, et réaliser des miracles qu’Il a voulu jusqu’à ce qu’Il l’élève auprès de Lui. Bien qu’il soit né d’une façon miraculeuse, il a vécu comme toutes les autres personnes. Comme elles, il est venu au monde grâce à Allah Qui a dit “Sois !”, et, en tant qu’être humain, dépendait complètement de Lui. Ses caractéristiques humaines sont décrites à travers de nombreux exemples dans le Coran et l’Evangile. Par exemple, notre Seigneur déclare dans le verset 75 de la sourate al-Ma’ida que le Prophète Jésus (as) et sa mère (pse) consommaient de la nourriture, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas des anges, mais des êtres humains comme tout le monde.

La naissance du Prophète Jésus (as), sa descendance, et sa famille

Stephan Lochner, Cathédrale de Cologne, 1440-1450

L’Evangile contient plusieurs informations sur la descendance et la naissance du Prophète Jésus (as). Il est le descendant du Prophète David (as), et est né et a grandi (en d’autres termes connu) parmi son peuple.

Et il a suscité pour nous une corne de salut dans la maison de David, Son serviteur, ainsi qu’il le disait par la bouche de Ses saints prophètes depuis les temps antiques, [parlant] d’un salut [qui nous libérerait] de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent... (Luc 1; 69-71)

Livre de l’histoire de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham... (Matthieu 1; 1)

Or sa mère et ses frères arrivèrent, et, comme ils se tenaient dehors, ils l’envoyèrent appeler. (Marc 3; 31)

Quant aux foules, celles qui marchaient devant lui et celles qui criaient : “Sauve, nous te prions, le Fils de David ! Béni est celui qui vient au nom du Seigneur ! Sauve-le, nous te prions, là-haut dans les hauteurs ! Or, quand il entra dans Jérusalem, toute la ville fut mise en émoi, on disait : “Qui est-ce ?” Les foules disaient : “C’est le Prophète Jésus, [qui est] de Nazareth de Galilée !” (Matthieu 21; 9-11)

N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie et le frère de Jacques, et de Joseph, et de Judas, et de Simon ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici, chez nous ? (Marc 6; 3)


Les caractéristiques humaines du Prophète Jésus (as)

L’ignorance des caractéristiques humaines du Prophète Jésus (as) se trouve aussi au cœur du trinitarisme. Cependant, comme l’Evangile l’a clairement indiqué, le Prophète Jésus (as) n’est pas le fils d’Allah, mais plutôt Son messager qui a vécu une vie humaine “normale”. Il est né et a vécu comme un nourrisson, un enfant, et un adulte. Quand il avait faim, il mangeait avec ses disciples, et remerciait Allah de la nourriture. Après une longue journée d’activité, il se sentait fatigué et ressentait le besoin de dormir. De même, les gens autour de lui l’ont vu se laver et se nettoyer. Tous ces éléments sont des besoins naturels qu’une personne a à satisfaire. D’ailleurs, répondre à de tels besoins contredit complètement sa supposée divinité.

 
Philippe de Champaigne, La Cène, 1602-1674

Et Jésus progressait en sagesse et en développement corporel, et en faveur auprès de Dieu et des hommes. (Luc 2; 52)

Or, comme il était étendu à table avec eux, il prit le pain, le bénit, le rompit et se mit à le leur présenter. (Luc 24; 30)

Et tandis qu’ils ne croyaient pas encore, par pure joie, et s’étonnaient, il leur dit : “Avez-vous ici quelque chose à manger ?” Et ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé ; et il le prit et le mangea sous leurs yeux. (Luc 24; 41-43)

Le premier jour des Gâteaux sans levain, les disciples s’approchèrent de Jésus et [lui] dirent : “Où veux-tu que nous fassions les préparatifs pour que tu manges la Paque ?” (Matthieu 26; 17)

Plus tard, il arriva qu’il était étendu à table dans sa maison... (Marc 2; 15)

Et de nouveau la foule s’assembla, si bien qu’ils ne pouvaient pas même prendre un repas. (Marc 3; 20)

Et pendant qu’ils étaient étendus à table et mangeaient, Jésus dit : “En vérité, je vous le dis : l’un de vous, qui mange avec moi, me livrera.” (Marc 14; 18)

Or, un des Pharisiens l’invitait à prendre un repas chez lui. Il entra donc dans la maison du Pharisien et s’étendit à table. (Luc 7; 36)

[...] Or Jésus, épuisé du voyage, était assis tel quel près de la source. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint pour puiser de l’eau. Jésus lui dit : “Donne-moi à boire.” (Jean 4; 6-7)

Et lui était à la poupe, dormant sur un oreiller. (Marc 4; 38)

Et il leur dit : “Venez vous-mêmes à part, en un endroit solitaire, et reposez-vous un peu.” Car il y avait beaucoup d’arrivants et de partants, et ils ne trouvaient même pas le temps de prendre un repas.

Ces passages montrent que le Prophète Jésus (as) était un être humain qui avait besoin de la miséricorde d’Allah, comme tous les êtres humains. Il a été un serviteur d’Allah avec des valeurs morales très élevées, rendu supérieur aux mondes par Lui, honoré au rang de prophète, et béni par des miracles. C’était un homme avec des caractéristiques distinguées, mais qui restait un serviteur impuissant puisqu’il avait constamment besoin de Sa miséricorde. Mais Allah, le Créateur de tout ce qui existe, que ce soit vivant ou non, est éternel, contrôle toutes les choses, sait tout, a le pouvoir de faire ce qu’Il veut, et ne dort jamais. Exempt de toute imperfection, Il a donné diverses formes d’impuissance à chacune de Ses créatures et leur a demandé de s’en rendre compte en ne Le servant et en ne recherchant que Son aide.


Le Prophète Jésus (as) était un serviteur qui avait besoin de la miséricorde d’Allah

Le Coran et l’Evangile rapportent les miracles du Prophète Jésus (as) qui ont été réalisés avec la bénédiction infinie d’Allah. Cependant, après chaque miracle, le arophète Jésus (as) disait que ceux-ci se produisaient seulement parce qu’Allah voulait qu’ils se produisent. De même, il a souvent déclaré que ce qu’il disait venait d’Allah, et que tout ce qui arrivait venait de Lui car Il est le seul Seigneur au-dessus de toutes les choses vivantes. Il a souligné qu’il n’était qu’un simple serviteur qui avait été envoyé pour dire à son peuple le message d’Allah, que ce qu’il faisait n’était que par la volonté d’Allah, et que toutes ses actions étaient contrôlées par Allah. Voici quelques extraits de l’Evangile se rapportant à ce qui vient d’être dit :

Toutes choses m’ont été remises par mon Seigneur... (Matthieu 11; 27)

[...] comme le Seigneur m’a donné ordre [de la faire], ainsi je fais... (Jean 14; 31)
 

[...] Les choses que je vous dis, je ne les dis pas de mon propre chef... (Jean 14; 10)

[...] En toute vérité je vous le dis : le messager ne peut rien faire de sa propre initiative... (Jean 5; 19)

[...] Ce que j’enseigne n’est pas miens, mais appartient à Celui Qui m’a envoyé. (Jean 7; 16)

Car je n’ai pas parlé de mon propre mouvement, mais le Seigneur, Qui m’a envoyé, m’a donné Lui-même un commandement quant à ce que je devais dire et exprimer. D’autre part, je sais que Son commandement signifie la vie éternelle. Ainsi donc, les choses que je dis, je [les] dis comme le Seigneur me [les] a dites. (Jean 12; 49-50)

[Jésus] sachant que le Seigneur avait donné toutes choses en [ses] mains, et qu’il était venu de Dieu et s’en allait à Dieu. (Jean 13; 3)

Et Celui Qui m’a envoyé est avec moi ; Il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui Lui plaît. (Jean 8; 29)

Je ne peux rien faire de ma propre initiative, je juge selon ce que j’entends ; et le jugement que je rends est juste, car je cherche, non pas ma volonté, mais la volonté de Celui Qui m’a envoyé. (Jean 5; 30)

[...] Voilà pourquoi je vous ai dit : “Nul ne peut venir à moi, à moins que ce ne lui soit donné par le Seigneur.” (Jean 6; 65)

Les extraits des évangiles ci-dessus sont de la plus grande importance pour ceux qui croient en la trinité. En effet, tous ces extraits sont des paroles du Prophète Jésus (as) qui a fait savoir à son peuple qu’il n’était pas une divinité (Allah est bien au-dessus de cela), mais plutôt un serviteur qui avait besoin d’Allah, qui a agi de la manière souhaitée par Allah, qui a décidé de la façon commandée par Allah, qui a parlé par l’inspiration d’Allah, et a accompli des actes qu’Allah a approuvés. En outre, toutes ces sages et sincères déclarations nient le trinitarisme et remettent en question les disciples qui représentent le Prophète Jésus (as) comme un être supérieur qui n’a besoin de rien pour exister. De ce fait, cette fausse affirmation ne reflète pas la vérité, mais au contraire, démontre une attitude irrespectueuse envers l’essence glorieuse de notre Seigneur et envers le Prophète Jésus (as), Son grand messager. Notre Seigneur est immaculé par de telles comparaisons, car Il est Allah, Qui n’a besoin de rien, est exempt de tout défaut et d’insuffisance, et est l’Eternel et la Seule Puissance. Aucun être ou aucune chose ne peut être équivalent à Lui.

De ces déclarations, nous pouvons voir que le Prophète Jésus (as) se conforme seulement aux décrets d’Allah en tant que serviteur. De ce fait, nous pouvons également voir comment est superstitieuse la croyance en la trinité qui considère le Prophète Jésus (as) comme une idole égale à Allah. (Allah est bien au-dessus de cela)

Les prières du Prophète Jésus (as) faites à Allah

Les prières du Prophète Jésus (as) réfutent également la croyance en la trinité. Les gens qui prient sont censés accepter l’existence et l’unicité d’Allah, leur impuissance face à Lui, que Lui seul peut les aider et est digne de leur culte. La prière est l’une des formes les plus agréables de soumission, de conscience et d’impuissance envers Allah. Notre Seigneur est exempt de toute imperfection, car Il est le Seigneur de la force infinie, Qui possède toute la puissance et n’a donc besoin de rien. L’aide et le pardon peuvent seulement être demandés à Allah. Tout le monde a besoin de Lui, tandis que Lui n’a besoin de personne. Les prières du Prophète Jésus (as) sont des indications les plus dévotes de sa soumission à Allah, mais aussi de sa crainte et de son respect envers Lui. Selon l’Evangile, le Prophète Jésus (as) a prié pour remercier notre Seigneur, chercher Son aide, car il savait qu’Allah était le Seul Qui pouvait accorder ses requêtes.

Et s’avançant un peu, il tomba sur sa face, priant... (Matthieu 26; 39)

Puis il ordonna aux foules de s’étendre sur l’herbe, prit les cinq pains et les deux poissons et, regardant vers le ciel, il dit une bénédiction... (Matthieu 14; 19)

Quand, finalement, il eut renvoyé les foules, il monta seul dans la montagne pour prier.Bien qu’il se fît tard, il était là, seul. (Matthieu 14; 23)

Mais après avoir pris congé d’eux, il s’en alla dans une montagne pour prier. (Marc 6; 46)

[...] et il dit à ses disciples : “Asseyez-vous ici pendant que je prierai.” (Marc 14; 32)

Durant ces jours-là, il sortit [et s’en alla] dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. (Luc 6; 12)

Or, un jour qu’il était en prière dans un certain endroit, quand il eut cessé, un de ses disciples lui dit : “Maître, apprends-nous à prier, comme Jean l’a appris à ses disciples.” (Luc 11; 1)

Mais j’ai supplié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ; et toi, une fois revenu, affermis tes frères. (Luc 22; 32)

L’une de ses prières, comme le mentionne le Coran, rappelle les plus beaux attributs d’Allah :

O Allah, notre Seigneur, dit Jésus, fils de Marie, fais descendre du ciel sur nous une table servie qui soit une fête pour nous, pour le premier d’entre nous, comme pour le dernier, ainsi qu’un signe de Ta part. Nourris-nous : Tu es le Meilleur des nourrisseurs. (Sourate al-Ma’ida, 114)

Et Allah répondit :

Oui, dit Allah, Je la ferai descendre sur vous. Mais ensuite, quiconque d’entre vous refuse de croire, Je le châtierai d’un châtiment dont Je ne châtierai personne d’autre dans l’univers. (Sourate al-Ma’ida, 115)

Le Prophète Jésus (as) a demandé à Allah ce miracle, car il savait qu’il n’avait pas le pouvoir de le réaliser personnellement ou indépendamment. Il est seulement un serviteur chargé de montrer aux gens l’art infini de la création d’Allah.


L’Evangile l’appelle le Prophète de Dieu

La croyance fondamentale du trinitarisme consiste à affirmer que le Prophète Jésus (as) n’est pas seulement un messager envoyé à son peuple, mais qu’il est aussi réellement le fils physique d’Allah (Allah est bien au-dessus de cela). Cependant, l’Evangile le décrit comme un messager qui appelle son peuple à croire et à se soumettre à Allah. Dans son message, le Prophète Jésus (as) insiste toujours qu’il est un messager envoyé par Allah. La façon dont il dit à Allah : “Je leur ai donné Ta parole” (Jean 17; 14) est particulièrement frappante. Il est un prophète, comme l’ont été les Prophètes Salomon, Moïse, David, Muhammad (pse), qui ont communiqué seulement le message d’Allah. En effet, l’Evangile mentionne que le Prophète Moïse (as) a dit que : “Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète semblable à moi.” (Actes 7; 37) Voici quelques passages de l’Evangile indiquant que le Prophète Jésus (as) n’est qu’un envoyé d’Allah :

Celui qui ne m’aime pas n’observe pas mes paroles ; et la parole que vous entendez n’est pas mienne, mais appartient au Seigneur Qui m’a envoyé. (Jean 14; 24)

Si je ne fais pas les œuvres de mon Seigneur, ne me croyez pas. Mais si je les fais, quand bien même vous ne me croyez pas, [du moins] croyez les œuvres... (Jean 10; 37-38)

Aussi quand ils virent les signes qu’il opérait, les hommes se mirent à dire : “Celui-ci est vraiment le prophète qui devait venir dans le monde.” (Jean 6; 14)

[...] Jésus le Nazaréen, qui était devenu un prophète puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple. (Luc 24; 19)

[...] parce qu’ils ne connaissent pas Celui Qui m’a envoyé. (Jean 15; 21)

C’est à vous d’abord que Dieu, après avoir suscité Son serviteur, l’a envoyé pour vous bénir en détournant chacun [de vous] de vos actions méchantes. (Actes 3; 26)

Ceci signifie la vie éternelle : qu’ils apprennent à Te connaître, Toi, le seul vrai Dieu, et celui que Tu as envoyé, Jésus Christ. Je T’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que Tu m’as donnée à faire... J’ai manifesté Ton nom aux hommes que Tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à Toi, et Tu me les as donnés, et ils ont observé Ta parole. Ils savent maintenant que tout ce que Tu m’as donné [vient] de Toi ; car les paroles que Tu m’as données, je les leur ai données, et ils les ont reçues, et ils ont su vraiment que je suis sorti comme Ton représentant, et ils ont cru que Tu m’as envoyé. (Jean 17; 3-4 et 6-8)

En toute vérité je vous le dis : celui qui reçoit quiconque j’envoie, me reçoit [aussi]. Et celui qui me reçoit, reçoit [aussi] Celui qui m’a envoyé. (Jean 13; 20)

[...] “Vous me connaissez et vous savez d’où je suis. D’autre part, ce n’est pas de ma propre initiative que je suis venu, mais Il existe réellement, Celui Qui m’a envoyé, et vous ne Le connaissez pas. Moi, je le connais, parce que je suis son représentant, et Celui-là m’a envoyé.” (Jean 7; 28-29)

Et il leur dit : “Allons ailleurs, dans les villages-villes voisins, pour que là aussi je prêche, car c’est pour cela que je suis sorti.” (Marc 1; 38)

En réponse, Jésus leur dit : “Ceci est l’œuvre de Dieu : que vous exerciez la foi en celui qu’Il a envoyé.” (Jean 6; 29)

En effet, celui que Dieu a envoyé prononce les paroles de Dieu... (Jean 3; 34)

[...] En effet, Celui Qui m’a envoyé est véridique et, les choses mêmes que j’ai entendues chez Lui, je les dis dans le monde. (Jean 8; 26)

Mais il leur dit : “J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.” Les disciples se disaient donc entre eux : “Est-ce que quelqu’un lui aurait apporté à manger ?” Jésus leur dit : “Ma nourriture est de faire la volonté de Celui Qui m’a envoyé et d’achever Son œuvre.” (Jean 4 ; 32-34)

 
L’essence du message du Prophète Jésus (as) : croire et servir Allah

Selon la croyance trinitaire, la foi dans le Prophète Jésus (as) est la condition première du Christianisme, et celui qui rejette cette doctrine n’est pas un véritable Chrétien. Pourtant, il y a dans l’Evangile des déclarations claires qui contredisent ces revendications. Le message du Prophète Jésus (as) est simple : appeler son peuple à avoir la foi en Allah seul, et les inviter à se soumettre à Lui Qui est le Seul à pouvoir répondre à leurs questions et leurs doutes. Par exemple :

[...] Jésus lui dit : “Il est écrit : ‘C’est Dieu, Ton Seigneur, que tu devras adorer, et c’est Lui seul que tu devras servir par un service sacré’.” (Luc 4; 8)

En toute vérité je vous le dis : celui qui entend ma parole et qui croit Celui Qui m’a envoyé a la vie éternelle, et il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (Jean 5; 24)

Nul ne peut être en même temps au service de deux maîtres, car ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il sera dévoué au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et l’Argent. (Matthieu 6; 24)

Il lui dit : “Tu dois aimer Dieu, Ton Seigneur, de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de tout ton esprit.” (Matthieu 22; 37)

Or, l’un des scribes, qui s’était approché et les avait entendus discuter, sachant qu’il leur avait répondu de belle manière, lui demanda : “Quel est le premier de tous les commandements ?” Jésus répondit : “Le premier c’est : ‘Entends, ô Israël, Dieu, notre Seigneur, est un seul Dieu, et tu dois aimer Dieu, ton Seigneur, de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de tout ton esprit, et de toute ta force.’ Voici le second : ‘Tu dois aimer ton prochain comme toi-même.’ Aucun autre commandement n’est plus grand que ceux-là.” Le scribe lui dit : “Enseignant, tu as dit pertinemment selon la vérité : ‘Il est un Seul, et il n’y en a pas d’autre que Lui’.” (Marc 12; 28-32)

On ôta donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : “Seigneur, je te rends grâce de ce que Tu m’as entendu. Je savais, il est vrai, que Tu m’entends toujours ; mais c’est à cause de la foule là, tout autour, que j’ai parlé, afin qu’ils croient que Tu m’as envoyé.” (Jean 11; 41-42)

Et quand j’ai révélé aux Apôtres ceci : “Croyez en Moi et en Mon messager (Jésus)”. Ils dirent : “Nous croyons ; et atteste que nous sommes entièrement soumis.” (Sourate al-Ma’ida, 111)

Jésus déclara à haute voix : "Si quelqu’un me fait confiance, ce n’est pas en moi seulement qu’il croit, mais encore en Celui Qui m’a envoyé. Qui me voit, voit aussi celui qui m’a envoyé. C’est pour être la lumière que je suis venu dans le monde, afin que tout homme qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu’un entend ce que je dis, mais ne le met pas en pratique, ce n’est pas moi qui le jugerai ; car ce n’est pas pour juger le monde que je suis venu, c’est pour le sauver. Celui donc qui me méprise et qui ne tient pas compte de mes paroles a déjà son juge : c’est cette parole même que j’ai prononcée ; elle le jugera au dernier jour. Car je n’ai pas parlé de ma propre initiative : le Seigneur, Qui m’a envoyé, m’a ordonné Lui-même ce que je dois dire et enseigner. Or je le sais bien : l’enseignement que m’a confié le Seigneur c’est la vie éternelle. Et mon enseignement consiste à dire fidèlement ce que m’a dit le Seigneur. (Jean 12; 44-50)

Ces déclarations indiquent clairement que le Prophète Jésus (as), comme tous les autres prophètes, n’était qu’un serviteur choisi par Allah, et qu’il était complètement soumis à Lui. Il a rapporté le message d’Allah à son peuple, et les a invités à avoir la foi en Lui, le Seul et l’Unique. Tout au long de sa vie, il a été confronté à des situations très difficiles. Mais malgré le grand nombre d’opposants qui a cherché à entraver son message, il a continué à l’exposer, en faisant preuve d’une patience très supérieure. Avec sa crainte et son respect envers Allah, il a appelé son peuple à croire en Allah, le Créateur de l’univers, et à être Son serviteur jusqu’à ce qu’il soit élevé en Sa présence. Tout cela montre très clairement que le Prophète Jésus (as) n’était pas le réel fils physique d’Allah (Allah est bien au-dessus de cela), mais seulement un prophète qui a apporté de bonnes nouvelles à son peuple en les avertissant du Jour du Jugement, en les invitant à acquérir et à vivre selon les valeurs morales justes, et à se libérer de toutes sortes de croyances erronées. Le Prophète lui-même, mais également les Juifs qui ont écouté son message, qui ont adopté ses recommandations, et qui ont suivi son chemin, sont tous des muwahhidun (unitariens). L’oppression qu’ils ont subie ne les a jamais atteints, et en tant que véritables monothéistes, ils n’ont jamais quitté la voie du Prophète Jésus (as). Ils sont connus sous le nom de Nazaréens.


Les Nazaréens : les Chrétiens sincères qui ont adhéré au message du Prophète Jésus (as)

Le Prophète Jésus (as) a laissé une petite communauté de croyants fidèles. Selon l’Evangile, les membres de cette communauté se composaient de ses 12 apôtres, de sa famille, et des Juifs qui croyaient en lui et que les autres Juifs appelaient les Nazaréens. [1] Ce terme est censé provenir de l’expression Jésus de Nazareth dans l’Evangile.

Les Nazaréens ont continué à se conformer à la loi mosaïque et aux autres commandements et prohibitions que les rabbins juifs avaient développés au fil du temps. L’importante différence entre les Nazaréens et les autres Juifs est que les Nazaréens ont adopté la nouvelle religion apportée par le Prophète Jésus (as) et l’ont considéré comme le Messie. Ils savaient qu’il était le prophète qu’avait annoncé le Prophète Moïse (as) [2], un homme envoyé par Allah pour ramener les Juifs vers le droit chemin et purifier leur religion de ses croyances déviantes. A la suite de son ascension vers Allah, les Nazaréens ont fait de gros efforts pour diffuser son message. Les Actes des Apôtres, le texte le plus important dans l’Evangile après les quatre Evangiles, fournissent des informations importantes à ce sujet.

Le message nazaréen

Selon les Actes des Apôtres, les Nazaréens ont commencé à être oppressés une fois qu’Allah a élevé le Prophète Jésus (as) en Sa présence. Les Juifs orthodoxes les ont considérés comme une secte hérétique, et ont cherché à les passer sous silence et à les intimider. Les Nazaréens étaient également dans une position difficile en ce qui concerne les occupants romains. Cependant, l’oppression et l’intimidation ne les ont pas réduits au silence, car de telles politiques ne pouvaient défaire ni leur croyance en Allah ni la fraternité et la solidarité qu’il y avait entre eux. Nous pouvons d’ailleurs le lire dans ces versets :

Tout ceux qui devinrent croyants étaient ensemble, ayant tout en commun, et ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en distribuaient le [produit] à tous, selon qu’on en avait besoin. Jour après jour, d’un commun accord, ils fréquentaient assidûment le temple, et ils prenaient leurs repas dans des maisons particulières et mangeaient la nourriture avec allégresse et sincérité de cœur, louant Dieu et trouvant faveur auprès de tout le peuple. En même temps, le Seigneur continuait à leur adjoindre chaque jour ceux qui étaient sauvés. (Actes 2; 44-47)

La solidarité et la loyauté entre les Nazaréens sont décrites en ces termes un peu plus loin dans les Actes :

D’autre part, la multitude de ceux qui avaient cru n’avait qu’un cœur et qu’une âme, et nul ne disait qu’aucune des choses qu’il possédait fût à lui, mais ils avaient tout en commun... et la faveur était sur eux tous, abondamment. Oui, parmi eux nul n’était dans le besoin, car tous ceux qui étaient propriétaires de champs ou de maisons les vendaient et apportaient le prix des choses vendues, qu’ils déposaient aux pieds des apôtres. C’était alors distribué à chacun, selon que la personne en avait besoin. Ainsi Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas – ce qui, traduit, veut dire Fils de Consolation -, Lévite [et] Cypriote de naissance, possédant une pièce de terre, la vendit, apporta l’argent et le déposa aux pieds des apôtres. (Actes 4; 32-37)

Avec une telle grande discipline, les Nazaréens ont continué à diffuser le message du Prophète Jésus (as) aux autres Juifs, lequel disait qu’il était le dernier prophète envoyé par Allah aux Juifs. Les paroles de l’apôtre Pierre à un groupe de Juifs dans le Temple de Salomon sont rapportées comme suit :

Et maintenant, frères, je sais que vous avez agi par ignorance, comme vos chefs d’ailleurs. Repentez-vous donc et retournez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des époques de rafraîchissement viennent de devant la personne de l’Eternel et qu’Il envoie le Christ qui a été établi pour vous, Jésus, que le ciel doit garder jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens. Moïse, en effet, a dit : “L’Eternel Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète semblable à moi. Vous devrez l’écouter selon tout ce qu’il vous dira. Oui, toute âme qui n’écoutera pas ce Prophète sera complètement détruite du milieu du peuple. Tous les prophètes, en effet, depuis Samuel et ceux qui [lui] ont succédé, tous ceux qui ont parlé, ont annoncé clairement ces jours-ci. Vous êtes les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a contractée avec vos ancêtres, en disant à Abraham : "Et en ta postérité seront bénies toutes les familles de la terre." C’est à vous d’abord que Dieu, après avoir suscité Son serviteur, l’a envoyé pour vous bénir en détournant chacun [de vous] de vos actions méchantes. (Actes 3 ; 17 et 19-26)

Dans ce passage de l’Evangile, Pierre se réfère au Prophète Jésus (as) en disant qu’il n’est qu’un serviteur de Dieu, mais aussi un prophète. On remarque également que la venue du Prophète Jésus (as) avait été annoncée par le Prophète Moïse (as). En outre, nous pouvons constater qu’aucune fois il n’est fait mention d’un “fils” d’Allah.De même, il n’y a aucune référence à la trinité ou au statut divin du Prophète Jésus (as) (Allah est bien au-dessus de cela).

L’oppression des Nazaréens

Toujours selon les Actes des Apôtres, les Nazaréens ont fait en sorte de rendre incommodantes les personnalités religieuses juives. Ce malaise s’est développé pendant que leur message continuait à se propager. L’établissement religieux juif et l’administration de l’occupation romaine ont considéré les Nazaréens comme une menace politique et ont commencé à les prendre en chasse. Selon les registres historiques, la politique destinée à oppresser les Nazaréens s’est rapidement développée. Ils ont été arrêtés et flagellés, et on leur a interdit de parler sur le Prophète Jésus (as). Cette oppression a considérablement augmenté en 48-49. Et c’est dans les alentours de 62-65 que le leader des Nazaréens a été arrêté et exécuté. Selon l’Evangile, les Nazaréens ont été incapables de s’entendre avec les autres Juifs, et en particulier avec l’établissement religieux (les Sadducéens et les Pharisiens), parce que ce dernier groupe se composait de ceux qui "annulaient la parole de Dieu par leur tradition qu’ils se transmettaient". (Marc 7; 13)

Selon l’Evangile, la caractéristique distinctive de cette communauté, menée par la famille et les apôtres du Prophète Jésus (as), était leur croyance en Allah, comme Seul et Unique. Pour les Nazaréens, le Prophète Jésus (as) n’était qu’un messager choisi par Allah. La croyance en la trinité ne signifiait rien pour eux, car ce qui comptait était seulement son message. En effet, les textes nazaréens – tels que la Lettre de Jacques – ont tous appelé à croire en Allah et à se concentrer sur la foi.

Entre 48 et 49, le gouverneur romain a crucifié de nombreux Nazaréens, car il pensait qu’ils avaient joué un rôle dans la rébellion contre Rome. Cette oppression a continué pendant les années 50. En 65, la communauté nazaréenne a quitté Jérusalem et a émigré vers la Mésopotamie.

Les Hérétiques et les Ebionites

A partir du 2ème siècle, les Pères de l’Eglise ont commencé à appeler les Nazaréens “secte hérétique”. L’un d’entre eux, Justin le Martyr, dans un texte écrit en 150, s’est référé à une secte qui reconnaissait le Prophète Jésus (as) comme le Messie, mais qui le considérait néanmoins comme un homme, en d’autres termes, pas comme le fils d’Allah (Allah est bien au-dessus de cela). Justin le Martyr a également souligné une autre question. Ces personnes étaient critiquées par ceux qui ont cru en la trinité, et les relations entre les deux partis étaient irréparables. [3]

Environ 50 ans plus tard, Irénée, Evêque de Lyon, a publié un texte intitulé Adversus Haereses (Contre les hérésies). En tête de liste des hérétiques condamnés par Irénée se trouvait une communauté décrite comme des Ebionites. Le mot “Ebionites”, ou “Ebionæans” (Ebionaioi), est une translittération d’un mot araméen qui signifie hommes pauvres. [4]

(Rappelle-toi) quand les Anges dirent : “Ô Marie, voilà qu’Allah t’annonce une parole de Sa part : son nom sera «al-Masih» «Issa», fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés d’Allah.”
(Sourate Al-Imran, 45)

Selon Irénée, les Ebionites étaient des hérétiques parce qu’ils croyaient que le Prophète Jésus (as) était un être humain normal. D’ailleurs, selon Irénée, ils adhéraient toujours scrupuleusement à la loi mosaïque et acceptaient seulement un seul des quatre évangiles : l’évangile de Matthieu. [5] Il s’avère d’après des sources écrites que la communauté ébionite était réellement les Nazaréens. Les dirigeants de l’Eglise ont employé les mots Ebionite et Nazaréen comme synonyme. Selon Epiphane, l’hérésie de ce groupe résidait dans leur rejet de la supposée divinité du Prophète Jésus (as) car ils le décrivaient comme un homme normal. Epiphane a souligné que ces personnes n’avaient pas utilisé les livres de l’Evangile approuvés par l’Eglise, mais d’autres versions de ces livres. [6]

Le fait que les Ebionites croyaient que le Prophète Jésus (as) était humain et ne possédait pas une nature divine a été mentionné dans un article, “The Lost Gospels”, publié dans l’édition du 22 décembre 2003 du magazine Time :

Ils ont cru en Christ, mais l’ont vu, comme l’indique Ehrman : “comme le Messie Juif envoyé... au peuple juif dans l’accomplissement des Ecritures Juives.” Pour les Ebionites, Jésus n’était pas un membre d’une Trinité éternelle. Ils prétendaient qu’il était un homme dont la distinction originale était qu’il a gardé entièrement la loi juive – avec la centaine de commandements transmises à Moïse par Dieu – à la perfection... [7]

Au cours des siècles suivants, les Nazaréens qui ont quitté Jérusalem, ont émigré en Syrie et ont vécu en Mésopotamie. Bien qu’ils aient vécu dans cette région en tant que communauté, les enseignements nazaréens se sont rapidement propagés dans des régions beaucoup plus éloignées.Pendant les quatre premiers siècles du Christianisme, les sectes chrétiennes ont adhéré aux croyances nazaréennes développées dans ces régions non atteintes par l’Eglise Catholique à Rome. Le groupe “hérétique” le plus connu qui a émergé à partir des enseignements Nazaréens, ou du moins qui a été influencé par eux, a été le mouvement arien, nom donné par le Prête Arius d’Alexandrie.

[1] Le terme Nazaréen apparaît dans “Les Actes des Apôtres”. Les Juifs traditionnels utilisent ce terme pour décrire les élèves du Prophète Jésus (as) (Actes 24; 5). Le terme apparaît également dans des sources juives et chrétiennes de l’époque
[2] Dans la Thora, il est écrit que Dieu dit au Prophète Moïse (as) : “Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète tel que toi, et Je mettrai vraiment Mes paroles dans sa bouche, et assurément il leur dira tout ce que Je lui commanderai.” (Deutéronome 18; 18)
[3] Michael Baigent, Richard Leigh, Henry Lincoln : The Messianic Legacy, 136
[4] idem
[5] Irénée, Adversus Haereses, 1:26 ; Michael Baigent, Richard Leigh, Henry Lincoln : The Messianic Legacy, 136
[6] Epiphane, Contra Octoaginta Haereses, xxx, 45 ; Michael Baigent, Richard Leigh, Henry Lincoln : The Messianic Legacy, 137
[7] David van Biema, "The Lost Gospels", Time, 22 décembre 2003

 
 

Accueil

L'Auteur - Les autres sites de Harun Yahya - Contact - Inscription -

Le Saint Coran - Aidez-nous - Livres - Articles - Videos
IMPACT HARUN YAHYA
- PHRASES CHOISIES

Ce site est basť sur les travaux de Harun Yahya, un des intellectuels Musulmans les plus en vue de notre temps.

www.harunyahya.fr