www.hazratmahdi.fr
accueil
 
 

 

LA VIE DE JÉSUS

D'après les sources historiques, Marie naquit à une époque marquée par le chaos, où l'oppression romaine était bien réelle, et renforçait l'attente d'un Messie. Elle était la descendante de 'Imran, dont Dieu a honoré la lignée (Sourate Al 'Imran 3: 32). Dieu la choisit donc au sein de cette famille, la purifia et l'éleva au-dessus de toutes les autres femmes comme l'indique le Coran:

(Rappelle-toi) quand les Anges dirent: "Ô Marie, certes Dieu t'a élue au-dessus des femmes des mondes. Ô Marie, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s'inclinent." (Sourate Al 'Imran, 3: 42-43)

Un des chefs-d'oeuvre de Giovanni Bellini qui représente Marie (1481), exposé à l'église Frari

La famille de 'Imran était réputée pour sa foi en Dieu, son souci de Lui plaire en toutes circonstances et de respecter les limites établies par Lui. Quand la femme de 'Imran se rendit compte qu'elle était enceinte, elle adressa aussitôt une prière à Dieu et Lui consacra son enfant à naître et elle prénomma sa fille Marie.

La vie de Marie est remplie de miracles, parmi ceux-ci il y a sa mémorable rencontre avec Gabriel. À un moment particulier de son existence, Marie quitta les siens et se retira quelque part à l'est. Là-bas, d'après le Coran, elle rencontra Gabriel qui avait revêtu forme humaine:

Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait. Elle dit: "Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m'approche point]." (Sourate Maryam, 19: 16-18)

Au début, elle ne savait pas que cet inconnu était Gabriel. Aussi prit-elle refuge auprès de Dieu quand il s'approcha et lui dit qu'elle était une croyante habitée par la crainte de Dieu. Ses paroles témoignaient de sa piété et de sa chasteté. Gabriel se présenta alors et lui révéla qu'il était envoyé par Dieu pour lui porter une bonne nouvelle:

Il dit: "Je suis en fait un messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur." (Sourate Maryam, 19: 19)

Et lorsque les anges dirent: "Ô Marie! Dieu t'annonce la bonne nouvelle de la prochaine venue d'une parole de Lui: son nom est le Messie, Jésus fils de Marie, notable dans ce monde et dans l'autre et parmi les rapprochés." (Sourate Al 'Imran, 3: 45)

Marie reçut donc cette nouvelle extraordinaire et demanda à Gabriel comment elle pourrait avoir un fils alors qu'elle était vierge:

Elle dit: "Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et je ne suis pas prostituée?" Il dit: "Ainsi sera-t-il! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée." Elle devint donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. (Sourate Maryam, 19: 20-22)

Elle dit: "Seigneur! Comment se peut-il que j'aie un enfant alors qu'aucun être ne m'a jamais touchée?" Il dit: "C'est ainsi. Dieu crée ce qu'Il veut. Quand Il décide d'une chose, il Lui suffit de dire 'sois' pour qu'elle se réalise. (Sourate Al 'Imran, 3: 47)

Gabriel répondit que Dieu avait le pouvoir de faire tout ce qu'Il voulait et qu'il Lui suffisait de dire "sois", et la chose était. C'est ainsi que Marie conçut son fils Jésus, par la volonté de Dieu, et sans avoir jamais été approchée par un homme. Sa grossesse fut déclenchée de façon indépendante de l'ordre naturel des choses, de façon miraculeuse. Comme notre Seigneur nous le révèle, quand elle reçut la nouvelle, Marie se retira dans un lieu paisible. Dieu l'assista pendant tout ce temps en lui fournissant tout ce qu'une femme enceinte peut désirer, aussi bien d'un point de vue psychologique que matériel. Il l'amena à s'isoler de son peuple qui aurait eu bien du mal à comprendre son état et Il a ainsi empêché les gens de lui porter un préjudice moral ou physique.

Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis(lui:) "Assurément, j'ai voué un jeune au Tout Miséricordieux: je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain." (Sourate Maryam, 19:26)

Dans le Coran, Dieu attire notre attention sur le fait que Jésus était unique à de nombreux points de vue. Tout d'abord il naquit sans l'intervention d'un père. Par l'entremise des anges, Dieu révéla à Marie bien avant la naissance de Jésus que son fils serait le Messie et serait doté de qualités extraordinaires. Jésus reçut ainsi l'honneur d'être appelé "la parole de Dieu":

... Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. (Sourate An Nisa, 4: 171)

Les circonstances de la naissance de Jésus sont miraculeuses et furent voulues telles par Dieu, comme preuve de Son existence. Mais les gens de son peuple ne pouvaient pas les comprendre, aussi multiplièrent-ils les accusations déshonorantes contre Marie:

Puis elle vint auprès des siens en le portant [le bébé]. Ils dirent: "Ô Marie, tu as fait une chose monstrueuse! Soeur de Haroun, ton père n'était pas un homme de mal et ta mère n'était pas une prostituée." (Sourate Maryam, 19: 27-28)

Dieu vint en aide à Sa servante élue au milieu de ses épreuves avec un nouveau miracle. Il lui enjoignit de ne pas parler quand les gens de son peuple la questionneraient mais de leur indiquer son fils Jésus quand ils l'accuseraient. Voici ce que nous dit le Coran à ce propos:

Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis [lui:] "Assurément, j'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux: je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain." (Sourate Maryam, 19: 26)

Quand Dieu lui annonça la naissance de Jésus, Il lui révéla également qu'il parlerait dans son berceau. Ce miracle fut d'une grande aide pour Marie:

Il parle aux gens au berceau et adulte et il fait partie des vertueux. (Sourate Al 'Imran, 3: 46)

Sous la forme d'un miracle, Dieu confia à Jésus le rôle de donner l'explication que l'on attendait de Marie. Ainsi Il lui a rendu sa bonne réputation et annonça aux Enfants d'Israël la mission prophétique de Jésus:

Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent: "Comment parlerions-nous à un bébé au berceau?" Mais (le bébé) dit: "Je suis vraiment le serviteur de Dieu. Il m'a donné le Livre et m'a désigné prophète. Où que je sois, Il m'a rendu béni; et Il m'a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakat; et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent ni malheureux." (Sourate Maryam, 19: 29-33)

Jésus déclare ainsi qu'il est le serviteur de Dieu, qu'il a reçu une révélation, qu'il est un prophète qui appellera les hommes à embrasser la foi à l'âge adulte et qu'il doit observer les prières prescrites (salat), faire l'aumône (zakat) et respecter sa mère, qu'il mourra puis ressuscitera le Jour du Jugement.

La vie de Jésus

Selon les sources historiographiques judéo-chrétienne ou musulmanes, Jésus vécut il y a 2.000 ans environ. Il était un messager choisi par Dieu et il est tenu en haute estime aussi bien dans ce monde que dans l'au-delà.

La religion authentique enseignée par Jésus, le messager élu de Dieu et pour lequel est promise la récompense du paradis, existe encore aujourd'hui mais il n'en subsiste que le nom car elle a été altérée. De même, la révélation transmise par Dieu à Jésus n'existe que de nom, car les écritures chrétiennes ont été elles aussi altérées. Comme nous ne pouvons acquérir aucune connaissance vraiment fiable par ces sources, nous devons recourir à la seule source qui soit incontestablement authentique, le Coran, qui est sous la protection de Dieu jusqu'au Jour Dernier. Le Coran nous apporte beaucoup d'informations sur la naissance de Jésus, sa vie, ses entretiens avec les gens de son temps, la situation de ceux qui l'entouraient et bien d'autres détails. Le Coran nous rapporte ces propos de Jésus:

Et je confirme ce qu'il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j'ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc: voilà le chemin droit. (Sourate Al 'Imran, 3: 50-51)

Seule une poignée de Juifs répondit à son appel et le suivit sur cette voie. Le Coran évoque ces pieux disciples:

Puis, quand Jésus ressentit de l'incrédulité de leur part, il dit: "Qui sont mes alliés dans la voie de Dieu?" Les apôtres dirent: "Nous sommes les alliés de Dieu. Nous croyons en Dieu. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis. Seigneur! Nous avons cru à ce que Tu as fait descendre et nous avons suivi le Messager. Inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent." (Sourate Al 'Imran, 3: 52-53)

D'après le Nouveau Testament, Jésus voyagea à travers toute la Palestine avec ses 12 disciples pour appeler les gens à la foi. Durant ce voyage, Dieu lui permit d'accomplir de nombreux miracles. Il guérissait les malades et les paralysés, soignait les gens qui souffraient de la lèpre, redonnait la vue aux aveugles de naissance et ressuscitait les morts. Le Coran décrit ses miracles dans les versets suivants:

"En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d'un oiseau, puis je souffle dedans: et, par la permission de Dieu, cela devient un oiseau. Et je guéris l'aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission de Dieu. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants! (Sourate Al 'Imran, 3: 49)

Lorque Dieu dit: "Ô Jésus fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait pour toi et pour ta mère quand, t'ayant soutenu par le Saint-Esprit, tu parlais aux gens au berceau et adulte, quand Je t'ai appris le Livre, la sagesse, la Thora et l'Évangile, quand tu créais à partir de l'argile l'image de l'oiseau par Ma permission, que tu y soufflais et la voilà devenue oiseau avec Ma permission, que tu guérissais l'aveugle de naissance et le lépreux avec Ma permission et que tu faisais sortir les morts; quand J'ai empêché les fils d'Israël de te faire du mal lorsque tu leur apportas les signes évidents et que ceux d'entre eux qui avaient renié dirent alors: "Ceci n'est là qu'une sorcellerie manifeste." (Sourate al-Ma'ida, 5: 110)


Jésus accomplissait ainsi de grands miracles qui impressionnaient fortement les gens. Mais il rappelait toujours que ces miracles étaient possibles par la volonté de Dieu seul et selon la Bible il disait toujours à ceux qu'il guérissait: "C'est votre foi qui vous a sauvés." En réponse, les gens louaient le Seigneur à la vue de ses miracles:

Jésus quitta ces lieux, et vint près de la mer de Galilée. Étant monté sur la montagne, il s'y assit. Alors s'approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d'autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit; en sorte que la foule était dans l'admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient; et elle glorifiait le Dieu d'Israël. (Matthieu 15: 29-31)

Malgré les obstacles, le nombre des croyants augmentait, en particulier parmi les gens qui subissaient l'oppression et la cruauté des puissants. À cette époque, Jésus et ses disciples avaient parcouru toutes les cités du pays. Pendant ce temps les prêtres commencèrent à comploter contre Jésus qui leur parlait des maux que recelaient les traditions qu'ils avaient établies depuis des années, leur rappelait sans cesse les défauts de l'ordre qu'ils avaient instauré et les appelait à croire uniquement en Dieu et à ne servir que Lui. (Luc 22: 1-2, Jean 11: 47-53)

À l'instar des autres prophètes, Jésus appelait les gens à croire en Dieu et à se soumettre volontairement à Lui, à vivre pour Lui plaire, à fuir le mal et le péché et à faire le bien.

Il leur rappelait le caractère éphémère de la vie et l'imminence de la mort, et leur expliquait qu'ils auraient à répondre de leurs actes dans l'au-delà. Il les invitait à adorer exclusivement Dieu et à ne craindre que Lui. La Bible contient des enseignements (mashal) et des conseils qui vont dans ce sens. Selon le Nouveau Testament, Jésus annonçait "aux gens de peu de foi" (Matthieu 8: 26), que "le royaume de Dieu est proche" (Marc 1: 15) et les exhortait à rechercher le pardon divin. Ce royaume est le règne attendu par les Juifs, inaugurant, avec l'arrivée du Messie, une ère qui leur apporterait la foi et la délivrance.

Jésus resta fidèle à la loi mosaïque (les commandements de la Torah) et reprochait aux Juifs de s'en écarter ou d'en conserver une pratique hypocrite. D'après le Nouveau Testament, il leur disait: "Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu'il a écrit à mon sujet." (Jean 5: 46). Jésus invitait les gens à revenir vers la Torah. L'Évangile selon Matthieu rapporte ses appels au respect de la loi mosaïque (la sainte loi):

Je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. (Matthieu 5: 17)

Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 5: 19)

Le Coran rapporte de Jésus:

Et je confirme ce qu'il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j'ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. (Sourate Al 'Imran, 3: 50)

Le combat de Jésus

Comme nous l'avons vu, du vivant de Jésus, il y avait plusieurs sectes juives qui avaient chacune leur interprétation de la religion. Les Juifs s'étaient écartés de la religion originelle prêchée par Moïse, et des croyances erronées et des traditions superstitieuses s'y étaient substituées. Plus grave encore, on encourageait l'implantation de la civilisation hellénistique et certaines sectes juives avaient délaissé la foi monothéiste au profit des symboles et statues du paganisme.

Jésus était envoyé à cette communauté pour la guider mais pour ce faire, il lui fallait combattre de nombreux opposants. Nous pouvons déduire du Coran que le public auquel il s'adressait se déchirait sur des questions de religion. D'après le Nouveau Testament, nous voyons qu'il s'en prit tout d'abord aux faux prêtres qui niaient l'unicité de Dieu en Lui assignant des associés et égaraient les gens par leur prédication mensongère; il leur demanda de cesser leurs méfaits et d'adorer Dieu sincèrement. Les Pharisiens et Sadducéens, souvent mentionnés dans le Nouveau Testament, étaient donc visés par cette critique. Ces deux sectes, très différentes, s'accordaient en effet sur un point: leur rejet du message confié par Dieu à Jésus. Selon l'enseignement de Jésus, les Sadducéens s'étaient égarés à cause de leur matérialisme et les Pharisiens faisaient fausse route à cause de leur perte de foi, à force de s'enliser dans les mythes et les faux-semblants. Ces groupes déclarèrent leur hostilité à Jésus quand ils comprirent dans quel rapport ils se situaient vis-à-vis de lui. Dieu dit dans le Coran:

Et quand Jésus apporta les preuves, il dit: "Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Dieu donc et obéissez-moi." (Sourate az-Zukhruf, 43: 63)

"L'entrée à Jérusalem", fresque de Giotto di Bondone (1302-05) dépeint l'entrée de Jésus par les portes de Jérusalem, accueilli par une foule respectueuse. On peut la voir à la chapelle Scrovegni, à Padoue en Italie.

Comme les Pharisiens aussi bien que les Sadducéens trouvaient leur intérêt dans le système en place, ni les uns ni les autres ne voulaient obéir à Jésus. Ils exerçaient une grande influence sur le peuple et jouissaient en tant que prêtres d'un grand respect. La religion fausse qu'ils avaient créée était devenue une institution qui les rendait riches. Ils avaient noué des rapports étroits avec Rome; les Sadducéens en particulier s'efforçaient de réduire les tensions entre les forces romaines et le peuple de Judée et recevaient en retour de nombreux privilèges. Au vu de ces éléments, on comprend bien pourquoi les enseignements de Jésus étaient aussi dérangeants pour la classe sacerdotale: Jésus, comme les autres prophètes, signalait les défaillances de l'ordre établi qui légitimait des maux intolérables. Il voulait que les gens renoncent à l'injustice et à l'immoralité, aux croyances fausses, et y substituent une vie pure consacrée au service de Dieu. Jésus exhortait les hommes à craindre et à aimer Dieu de façon équilibrée, de se soumettre à Lui, d'abandonner les règles superstitieuses et les pratiques purement dogmatiques, de n'adorer que Dieu et de n'en appeler qu'à Lui pour la réussite de leurs entreprises. Les miracles qu'il accomplissait avec la permission divine montraient clairement que c'était un prophète élu de Dieu au-dessus de tous, et que Dieu le soutenait avec un pouvoir et des connaissances hors du commun. Sa foi profonde, sa haute moralité, sa conscience supérieure, ses explications perspicaces lui valaient l'admiration du peuple.

Selon le Nouveau Testament, Jésus instruisait le peuple en lui rappelant que la délivrance était proche et que le royaume de Dieu était imminent. Dans le même temps, sa filiation avec David était connue du peuple et l'idée qu'il était le Messie se répandit (Matthieu 9: 27-35). C'étaient là des nouvelles troublantes pour tous ceux qui avaient adopté la culture païenne introduite par Rome et pour les prêtres qui tiraient profit du système existant.

Le Nouveau Testament dit que ces cercles ne perdaient jamais une occasion de s'attaquer au message de Jésus, mais ils échouaient à chaque fois. Les prêtres étaient irrités par ses réponses subtiles qui remettaient en cause leurs prétentions, et ses enseignements riches et sages. Les propos qu'il tenait à leur sujet leur causaient bien du souci et ce fut l'une des raisons majeures qui les poussèrent à conspirer contre lui. D'après l'Évangile selon Luc, Jésus dévoilait leurs tromperies en public:

Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques; qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins; qui dévorent les maisons des veuves, et qui font, pour l'apparence, de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement. (Luc 20: 46-47)

Certains prêtres juifs avaient, par le passé, altéré les commandements de la Torah et en avaient ajouté d'autres pour servir leurs propres intérêts. Jésus réfuta ces faux commandements car il avait pour mission d'éradiquer toutes les traditions erronées, les mythes, lois et règles forgées par l'homme qui avaient eu pour résultat de détourner les gens de la loi mosaïque. D'après l'Évangile selon Marc, Jésus attribuait ces pratiques plus particulièrement aux Pharisiens:

Il répondit [aux Pharisiens et aux scribes]: "En donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes, vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes... annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d'autres choses semblables." (Marc 7: 6-13)

Les Pharisiens croyaient qu'ils devaient un dixième de leurs revenus à Dieu et se conformaient à cette règle. Mais c'était devenu une tradition alors qu'il s'était agi autrefois d'un acte d'adoration. L'Évangile de Luc fait état des reproches de Jésus à leur encontre:

Mais malheur à vous, Pharisiens! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l'amour de Dieu: c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. Malheur à vous, Pharisiens! Parce que vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations dans les places publiques. Malheur à vous! Parce que vous êtes comme les sépulcres qui ne paraissent pas, et sur lesquels on marche sans le savoir. (Luc 11: 42-44)

À vous aussi, malheur, docteurs de la loi! Car vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et vous-mêmes vous ne touchez pas ces fardeaux d'un seul de vos doigts. (Luc 11: 46)

Malheur à vous, docteurs de la loi! Parce que vous avez enlevé la clef de la science; vous n'êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché d'entrer ceux qui le voulaient. (Luc 11: 52)

De telles mises en gardes et humiliations publiques augmentèrent l'hostilité des prêtres envers Jésus. D'après Luc, les Pharisiens et les docteurs de la loi commencèrent à s'opposer violemment à Jésus après que ce dernier eut tenu les propos mentionnés ci-dessus. (Luc 11: 53-54)

Comme l'indique le Coran, Jésus invitait les Enfants d'Israël à revenir vers la loi mosaïque et à croire sincèrement en Dieu. L'Évangile selon Matthieu et le Coran contiennent des paroles étonnamment similaires sur les mécréants.

... Ils ont des coeurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas... (Sourate al-A'raf 7: 179)

La Bible mentionne de nombreuses villes et régions, de la Méditerranée à l'Europede l'ouest comme le montre cette carte.

Dans l'Évangile de Matthieu, nous lisons les paroles suivantes proférées par Jésus à propos des Juifs:

Et pour eux s'accomplit cette prophétie d'Ésaïe: "Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point; vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. Car le coeur de ce peuple est devenu insensible; leurs oreilles se sont endurcies, et leurs yeux se sont fermés, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur coeur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse." (Matthieu 13: 14-15)

Les prophètes s'acquittaient de leur mission de leur mieux et utilisaient tous les moyens possibles et toute leur énergie pour exhorter leur peuple à suivre le droit chemin. Jésus fit preuve d'une patience extraordinaire face à toutes les conspirations et attaques dirigées contre lui. Il avait confiance en Dieu et continuait à communiquer Son message; même s'il avait peu de partisans, il triomphait à chaque fois de ses adversaires. Il fit tout son possible pour rendre à la religion sa pureté originelle, la débarrasser de tous les mythes et pratiques qui la souillaient. Sa perspicacité et son intelligence en faisaient un orateur persuasif qui excellait à donner des paraboles servant de guide.

Jésus appelait son peuple à adorer Dieu exclusivement; il lui annonçait la bonne nouvelle du règne de la moralité religieuse, combattait les mythes, les fausses croyances et l'idolâtrie. Il expliquait que la vie terrestre n'est qu'une épreuve. Il ne ménageait pas ses efforts pour corriger la conception déviée de la morale qui prévalait alors et donnait lui-même l'exemple d'un caractère élevé. Mais toutes ces qualités renforçaient la haine de ces ennemis qui voulurent bientôt attenter à sa vie.

Le ministère de Jésus

Le Coran révèle une liste des principaux miracles associés à Jésus: il fut conçu sans intervention d'un père, parla dans son berceau, acquit la maîtrise des livres saints (la Torah, l'Évangile et le Coran), façonna un oiseau d'argile et lui insuffla la vie, guérit l'aveugle de naissance et le lépreux, ressuscita les morts, il était aussi en mesure de révéler aux gens ce qu'ils avaient mangé et ce qu'ils cachaient et annonça la venue de notre Prophète désigné sous le nom d'Ahmed.

Malgré tous ces miracles et ses efforts pour enseigner la parole de Dieu, la majorité de son peuple rejetait son message. À l'instar d'autres nations évoquées dans le Coran, ces mécréants prétendaient que ce n'étaient là que des astuces de magicien:

Et quand Jésus fils de Marie dit: "Ô Enfants d'Israël, je suis vraiment le Messager de Dieu [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d'un messager à venir après moi, dont le nom sera 'Ahmed'." Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent: "C'est là une magie manifeste." (Sourate al-Jumu'a, 61: 6)

Le Coran indique que Jésus n'était pas venu abolir le Judaïsme, mais pour purifier la religion des mythes qui s'étaient accumulés au fil du temps. Dieu l'avait également envoyé pour mettre fin aux divergences qui déchiraient les différentes sectes juives et que nous avons déjà passées en revue dans cet ouvrage. Le Coran dit:

Et je confirme ce qu'il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j'ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. (Sourate Al 'Imran, 3: 50)

Et quand Jésus apporta les preuves, il dit: "Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Dieu donc et obéissez-moi." (Sourate az-Zukhruf, 43: 63)

Jésus confirma les articles de foi présents dans la Torah et apporta l'Évangile, la dernière révélation de Dieu à l'humanité, pour guider et exhorter son peuple.

Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu'il y avait dans la Thora avant lui. Et Nous lui avons donné l'Évangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu'il y avait dans la Thora avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux. Que les gens de l'Évangile jugent d'après ce que Dieu y a fait descendre. Ceux qui ne jugent pas d'après ce que Dieu a fait descendre, ceux-là sont les pervers. (Sourate al-Ma'ida, 5: 46-47)

Peu de gens répondirent à l'appel de Jésus au début car il entendait abolir les privilèges de la classe sacerdotale qui tirait avantage des mythes et traditions institués par le passé, et ceux de la classe dirigeante qui niait la souveraineté divine. La pression et les menaces qu'ils faisaient peser sur le commun dissuadaient les gens d'approcher Jésus. Quand les enseignements de Jésus commencèrent à se répandre et que le nombre de ses disciples augmenta, celui de ses adversaires crut proportionnellement. On ourdit lâchement davantage de pièges et de complots pour causer sa perte. Il n'y avait là rien de neuf car tous les prophètes ont connu pareille hostilité. Le Coran dépeint la malveillance des mécréants envers les messagers en ces termes:

Est-ce qu'à chaque fois qu'un messager vous apportait des vérités contraires à vos souhaits, vous vous enfliez d'orgueil? Vous traitiez les uns d'imposteurs et vous tuiez les autres. (Sourate al-Baqara, 2: 87)

La société se divisa bientôt en deux camps: ceux qui croyaient en la mission de Jésus et ceux qui la niaient: le fossé entre les deux camps se creusait de jour en jour. D'un côté donc, il y avait le Messager de Dieu, qui enseignait la vraie religion et appelait les gens à croire en un Dieu unique, de l'autre il y avait un groupe qui s'obstinait à ne pas croire en dépit des miracles et des preuves qu'ils avaient pourtant vus de leurs yeux. Ses adversaires manifestaient clairement leur opposition. Sans doute y avait-t-il aussi des gens qui l'avaient suivi et écouté et qui l'avaient renié plus tard. Dieu évoque cette situation dans le verset suivant: "Mais les factions divergèrent entre elles..." (Sourate az-Zukhruf: 43: 65)


C'est pourquoi Jésus choisit ses disciples parmi les croyants auxquels ils pouvaient vraiment se fier, ainsi que l'indique le Coran:

Puis, quand Jésus ressentit de l'incrédulité de leur part, il dit: "Qui sont mes alliés dans la voie de Dieu?" Les apôtres dirent: "Nous sommes les alliés de Dieu. Nous croyons en Dieu. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis." (Sourate Al 'Imran, 3: 52)

Le Coran relate que les mécréants ont tramé un complot pour attenter à la vie de Jésus. Selon certaines sources, un groupe de prêtres soudoya Judas Iscariote, l'un des disciples, pour trahir Jésus afin qu'ils puissent l'arrêter et le remettre aux Romains. Toujours d'après ces sources, les prêtres n'étaient pas en mesure de condamner quelqu'un à mort et devaient donc faire en sorte de faire réagir l'autorité romaine. Aussi dépeignirent-ils Jésus comme un opposant à la puissance de Rome, car les Romains se montraient impitoyables face à ce genre de menaces. Néanmoins, leur plan échoua, nous dit le Coran:

Et ils [les autres] se mirent à comploter. Dieu a fait échouer leur complot. Et c'est Dieu qui sait le mieux leur machination. (Sourate Al 'Imran, 3: 54)

Comme on le voit dans les versets suivants, ils complotèrent pour tuer Jésus mais ce fut en vain car ils n'assassinèrent que son sosie, tandis que Dieu éleva Jésus auprès de Lui:

Et à cause leur parole: "Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager de Dieu"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; mais ce n'était qu'un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude: ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué. (Sourate an-Nisa', 4: 157)

Beaucoup de gens adhèrent à l'hypothèse courante selon laquelle les Romains crucifièrent Jésus. On dit ainsi que les soldats romains et les prêtres juifs qui arrêtèrent Jésus le firent monter sur la croix: c'est ce que croient la plupart des Chrétiens, qui pensent aussi qu'il ressuscita au bout de trois jours, et qu'après plusieurs rencontres avec ses disciples et autres, il s'éleva aux cieux. Mais le Coran nous rapporte une version différente. Le fait énoncé dans ce verset est évident. Les Romains, encouragés par l'agitation du peuple juif tentèrent d'exécuter Jésus, mais en vain. L'expression "mais ce n'était qu'un faux semblant" le montre bien. Dieu suscita un sosie et éleva Jésus auprès de Lui. Notre Seigneur déclare également que ceux qui soutiennent la thèse de la crucifixion n'en ont aucune preuve.

Au début du Christianisme, plusieurs thèses sur le sort de Jésus firent leur apparition. Aux siècles suivants et jusqu'au Concile de Nicée (325) où les articles de foi furent rigoureusement définis, ces différences idéologiques se maintinrent; à partir de là, les écoles qui prétendaient que Jésus n'avait pas été crucifié furent accusées d'hérésie et leurs adeptes furent persécutés.

 
 

Accueil

L'Auteur - Les autres sites de Harun Yahya - Contact - Inscription -

Le Saint Coran - Aidez-nous - Livres - Articles - Videos
IMPACT HARUN YAHYA
- PHRASES CHOISIES

Ce site est basé sur les travaux de Harun Yahya, un des intellectuels Musulmans les plus en vue de notre temps.

www.harunyahya.fr